le site de paul oraison

Accueil > Société 2.0 > Effet wiki, suite : après le juge, le représentant du peuple ?

Effet wiki, suite : après le juge, le représentant du peuple ?

... et le rédacteur en chef ?

mercredi 13 avril 2011, par Paul Oraison

Dans Le Monde du 14 avril, l’édito critique « La fausse bonne idée des jurés en correctionnelle ». On peut se demander si l’auteur a bien mesuré toute la portée de son propos. Citation commentée par nos soins.

Cette réforme est le type même de la fausse bonne idée, aussi populaire en apparence que populiste en réalité

On aimerait que l’auteur nous donne le critère permettant de distinguer l’apparence de la réalité.

Trop souvent, la justice n’est ni exemplaire ni efficace. On le sait. Mais l’on voit mal en quoi le fait d’épauler les magistrats professionnels par des citoyens, forcément novices ou amateurs, améliorera les choses .

L’auteur de l’édito, qui doit être le maître du Monde ou quelque chose comme ça, dérape ici dangereusement. Car enfin, ces mêmes citoyens-forcément-novices-ou-amateurs, ils votent, ma chère ! Et pas seulement pour élire des représentants forcément plus intelligents que leurs électeurs, mais aussi pour donner leur opinion sur des question horriblement complexes, tel le projet de traité constitutionnel européen, entre autres. Populaire ou populiste ?

La justice est une chose trop sérieuse pour qu’on la confie aux seuls magistrats, soutient le chef de l’État. Est-il prêt à admettre que le pouvoir exécutif est une chose trop sérieuse pour qu’on le confie au seul gouvernement, et, encore moins, au seul président ?

Chiche ! Et Le Monde, dans la foulée : une chose beaucoup trop sérieuse pour qu’on la confie, etc, etc.